• posté le lundi 27 septembre 2010 20:40

     

    Bon, à la demande de tous, voici une vidéo que j'ai enregistré pour aider Virginie à aborder le travail des accords plaqués, sur le morceau "Je n'aime pas t'attendre" du répertoire série 2.

    Bon, je l'ai fait sur un coin de piano, avec les moyens du bord (mon appareil photo), donc désolé pour la qualité médiocre et le cadrage approximatif.

    Cette vidéo est composée de 4 parties :

    - les exercices préliminaires de doigtés
    - l'application avec synchro main gauche-main droite avec la ligne 5 du morceau
    - l'apprentissage de la première ligne
    - la seconde ligne

     

    Ce qu'on peut également retenir plus généralement de ce petit "cours", c'est qu'il convient d'isoler les difficultés et de les travailler de façon séparées avant de les incorporer dans le morceau.

    Donc un morceau qui comporte des nouveautés ne s'apprend pas de manière linéaire, mais il faut travailler en priorité les nouveautés, les maîtriser, avant d'apprendre le morceau complet.

     

    Bon, je ne suis pas prof, je ne prétends détenir aucune Vérité, donc, n'hésitez pas à y apporter les commentaires/corrections/précisions que vous jugerez utile !


    2 commentaires

  • posté le vendredi 24 septembre 2010 22:23

    Voilà un an que je me suis mis à la méthode Colin. Je vous livre un bilan de cette année et ce qu'il m'a apporté.

    Avant tout, rappelez-vous qu'avant de débuter la méthode Colin, j'avais déjà 10 ans de pratique (+ ou - régulière) de piano avec un apprentissage autodidacte. Pour les débutants complets, je vous invite à lire le bilan intéressant et très complet de Nemo ici, et dont je partage la plupart des remarques. Pour éviter les doublons, je ne reprendrais donc pas les avantages et inconvénients déjà développés par Nemo, mais je vais m'attacher à décrire ce que la méthode m'a apporté à titre personnelle :

     

    1) une diversité dans les styles

    J'ai abordé le piano avec la musique classique. C'est Mozart et Chopin qui m'ont fait aimer le piano. Mais leur pièces sont d'une difficulté redoutable. Avec la méthode Colin, j'ai découvert le style pop/rock, le style blues, et la notation américaine, qui permet d'aborder le répertoire pop, et en particulier les chansons. La contrepartie est une relative pauvreté des techniques pianistiques dans les premières séries, ce qui ne permet pas d'aborder pour un débutant les morceaux classiques, qui comportent en général plus de complexité. Soyez donc prévenu que la méthode Colin n'est sans doute pas la meilleure méthode pour qui veut jouer de la musique classique !

     

    2) Les bases pour improviser et accompagner

     

    Avec un peu d'expérience, je commence à être en mesure d'écrire mes propres transpositions, en partant simplement des tablatures des chansons. Cela nécessite bien sûr pas mal de temps et d'expérience, mais c'est très motivant !

    La méthode pose également les bases permettant de jouer l'accompagnement d'une chanson, selon la méthode des accords (voir ce site pour avoir une idée de quoi il s'agit).

    Avec plus d'expérience, il est même possible d'accompagner une chanson de manière improvisée. J'ai un ami qui a débuté par ce type de méthode (il a plus de 20 ans d'expérience) et arrive à improviser un accompagnement sur n'importe quelle chanson en suivant simplement les tablatures. Il m'a indiqué qu'après avoir acquis les bases, il faut 4-5 ans de pratique pour arriver à ce niveau.

     

    3) l'acquisition de certains automatismes

    parce que les morceaux sont relativement courts et simples pour un élève plus expérimenté, on arrive au bout d'un an à plus d'une centaine de morceaux, il est possible d'apprendre 1 à 2 morceaux par semaine. Quel intérêt pour un joueur plus expérimenté, me direz-vous ? Eh bien ces morceaux s'apparentent à des exercices, avec une bonne progressivité dans l'apprentissage technique, qui permettent d'acquérir des automatismes et de la synchronisation entre les 2 mains. Ces automatismes participent au développement des capacités d'improvisation.

    Avant la méthode Colin, je m'attaquais à des morceaux trop complexes pour moi, j'y arrivais péniblement au prix de beaucoup d'efforts, mais j'apprenais en fait peu, car l'essentiel de l'effort était dépensé dans la mémorisation "bête et méchante" et pas dans l'acquisition technique. Or, la technique s'acquiert par répétition de motifs simples. Ces "petites" pièces permettent donc l'acquisition de techniques, d'autant que les morceaux sont pour la plupart très jolis, c'est donc plus sympa à apprendre que les exercices répétitifs d'un Hanon ou d'un Czerny..

     

     

    4) de net progrès dans le déchiffrage et le jeu "à vue"

    L'autre intérêt de ces nombreux morceaux simples, c'est la possibilité de lire beaucoup de musique et d'apprendre à jouer à vue. En effet, sur les morceaux plus complexes, on est obligé de mémoriser, car nous ne disposons pas de suffisamment de compétence pour gérer à a fois la lecture, le jeu et la maîtrise technique. J'ai donc fait en un an des progrès en déchiffrage et en lecture à vue.

     

    Le résultat s'en ressent sur l'apprentissage de nouveaux morceaux hors méthode Colin. Là où je mettais un mois pour apprendre un morceau il y avait un an, cela me prend plus que 2 semaines !

     

    Avec tout ça, on pourrait penser que la méthode est parfaite ! Il convient de tempérer ce jugement. Aussi, je finirais cet article en rappelant les principaux défauts et limitations de cette méthode :

     

    1) Cela ne remplacera jamais l'aide et le regard extérieur d'un professeur (mais ce n'est pas le même budget non plus...).

    On apprend seul, et donc de mauvaises habitudes ou positions peuvent être prises "à l'insu de notre plein gré". 

    Notons cependant que l'année dernière, j'avais eu pendant 9 mois un professeur, à raison de 30mn par semaine. cependant, ce dernier se montrait peu critique, et peu pédagogique. J'ai donc eu le sentiment de moins progresser avec ce dernier qu'avec la méthode.

    La qualité pédagogique du professeur est donc aussi essentielle.

    2) La méthode comporte des erreurs et fait vraiment "amateur"

    En 3 séries, j'ai noté une dizaine d'erreurs disons typographique (erreur de note, erreur flagrante de doigté). En fin de série 3, le doigté de certains morceaux me paraissent très discutables (v en particulier le morceau "un rock en feu").

     

    2) Les morceaux ne sont pas jouées en solo, le métronome est trop présent

    Ces deux points n'aident pas à travailler l'interprêtation. Est-ce volontaire de la part de M. Colin ? Il faut le croire, les nuances ne sont pas du tout abordées à ce niveau. Peut être à partir de la série 5 ?

    Je trouve cela dommage, car la sensibilité est pour moi une composante centrale dans la musique et l'occulter, c'est passer à côté de l'essentiel. 

     

    Voilà mon bilan au bout d'un an de pratique de la méthode Colin. En conclusion, pour peu qu'on soit prêt à y consacrer un minimum d'effort (disons au moins 30mn par jour), le résultat est là. Aussi, c'est avec plaisir que je poursuivrais la méthode en vous faisant partager ma progression au quotidien.


    votre commentaire

  • posté le dimanche 13 juin 2010 15:55

    Bonjour,

    voici une petite vidéo pour partager avec vous une découverte que j'ai faite avec la méthode Colin. Je ne suis pas professionnel, donc je n'ai aucune prétention de donner une leçon ou un cours sur la façon de jouer. Ce sont des ressentis personnels. N'hésitez pas à commenter, compléter ou corriger si j'ai dit des âneries. {#}


    1 commentaire

  • posté le samedi 12 juin 2010 22:11

    J'ai terminé aujourd'hui la série 2 avec le dernier morceau du répertoire. Pratiquement 6 mois de travail : 3 mois sur la série et 3 mois sur le répertoire. C'est le moment de faire un bilan.

     

    Une continuité parfaite avec la série 1

    D'abord, ce n'est pas une surprise, cette série 2 est dans la continuité de la série 1. La progression de la méthode des très bien dosée, l'élève qui a étudié et assimilé consciencieusement les techniques de la série 1 trouve immédiatement ses marques lors des 3 premières semaines (sem 13 à 15), qui sont une révision de la série 1.

    Les nouvelles notions de la série

    - Croches et des déplacements plus importants main droite : à partir de la sem 16 - Jean Baptiste

    - Le "passage de pouce" : introduit sem 17 sur un blues ! Curieux, la technique aurait été plus facilement assimilée sur un slow.

    - Arpèges "triolet" : à partir de la sem 18. Grâce à ce nouvel accompagnement main gauche, la rythmique main droite s'enrichit.

    - Les reprises, les refrains, Coda. L'air de rien, on continue d'apprendre le solfège. La durée des pièces s'allonge, certains morceaux atteignant les 3mn (sem 20 - Dorothée). Les techniques apprises permettent une meilleure concentration et donc une lecture de morceaux plus longs.

    - une nouvelle technique main gauche avec un jeu alterné main droite/main gauche (sem 21 - jolie forêt et répertoire - Début de l'automne).

    - introduction de la pédale : à partir de la sem 21. Les explications de M. Colin sont plutôt succints. J'invite les élèves à apprendre la technique avec les vidéos que j'ai enregistrés dans la rubrique "Apprentissage, méthodes" et à l'appliquer dès le début de la série 2 sur les premiers slows.

    - Introduction à la composition, en prenant comme ligne directeur un accompagnement main gauche en arpèges larges

    Ouf... Pas mal de nouveauté en 3 mois n'est ce pas ? Mais ce n'est pas fini ! 

    Les nouvelles notions du répertoire

    Le répertoire qui accompagne la série est tout aussi important. Ce n'est pas une simple révision mais bien la continuité de la série, avec des difficultés supplémentaires. Aussi, je ne peux que vous conseiller de travailler toutes les pièces de ce répertoire avec la même rigueur que les morceaux de la série. Il y en a 17 : j'ai mis le même temps pour terminer le répertoire que pour la série. On trouvera en particulier :

    - des accords en tierce, quarte, quinte (ou plaqués selon la terminologie de M. Colin) et des enchaînements d'accords :  par ex le morceau 7 Début de l'automne.

    - Des déplacements plus importants des 2 mains en même temps, le doigté devient important. D'ailleurs, M. Colin est plutôt avare d'explication sur ce sujet, il ne donne plus beaucoup d'indication sur la gestion des déplacements, qui est pourtant aussi important que la gestion des yeux.

    - Des rocks avec une rythmique élevée en croches plaquées : rocks 14 et 15 In the rock et roulons sur le rock

     

    Débuter directement en série 2 ?

     

    M. Colin indique que pour les pianistes plus expérimentés (+ de 4 ans de pratique), il est possible de démarrer directement avec la série 2. C'était mon cas, mais très rapidement, je me suis rendu compte de la nécessité de reprendre à partir de la série 1. En effet, mon objectif étant d'acquérir une méthode de travail, la série 1 introduit toutes les bases fondamentales aux séries suivantes (voir mon bilan sur la série 1). Ce n'est donc pas perdre du temps que de passer quelques semaines sur la série 1.

     

     

     

     

    En conclusion

    Cette série 2 apporte bien des nouveautés, et 6 mois après, la progression est réelle.  La progressivité est bonne, il y a quand même 3 palliers significatifs : sem 21 avec Jolie Forêt, ensuite Début de l'Automne, et enfin les 2 derniers rocks, introduisent des difficultés particulièrement ardues.

     

    Patience et travail vous permettront d'en venir à bout.

    Et maintenant, à l'assaut de la série 3 !{#}

     

     


    1 commentaire
  •  

    posté le samedi 13 février 2010 15:46

    Bonjour, avant d'aborder la sem 20 Joli Forêt, j'invite les débutants non initié à l'usage de la pédale à effectuer les 2 exercices dans les 2 vidéos suivants. Voici le 1er exercice.


     

    Exercice 2 :



    Illustration sur un cas pratique :



    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique